Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 20:57
L'expérimentation proposée à Creteil de récompenser l'assiduïté des élèves soulève une grosse polémique.
Payer les élèves, les moins bons de surcroit, dans le cadre d'une scolarité obligatoire semblent abusif et scandaleux.
Certains dénoncent une abbération d'autres vont même jusqu'à parler de corruption des élèves.
Moi aussi à la première lecture je tiquais. Pour le moins.
Mais après avoir creusé un peu le sujet je crois qu'il faudrait essayer. Ca et beaucoup d'autres choses.

Cette tentative, car à ce jour, personne ne présente cette expérience comme une solution éprouvée, a lieu dans un cadre social, urbain et scolaire où le Pacte Républicain est rompu depuis belle lurette et ou le plus grave serait certainement de ne rien faire.
Une part importante de la jeunesse de notre République est suffisamment désespérée pour ne plus rien investir sur son propre avenir.  Avant de reposer les bases d'une École plus conforme à nos aspirations et nos ambitions il convient de trouver des solutions immédiatement efficaces pour ne pas laisser ces jeunes totalement à l'abandon. 120 000 jeunes quittent chaque année le système scolaire sans aucun diplôme ni qualifications. Le marché de l'emploi ne pourra jamais les accueillir sans un minimum de compétence, ils ne tiendront jamais un rôle, dont ils pourront être fiers, dans la Société.
Il s'agit, dans cette expérience de Créteil, de financer un projet pédagogique (voyage par exemple) et non de rémunérer les élèves. C'est une précision essentielle dans le cadre d'une scolarité obligatoire pour laisser l'expérimentation aller jusqu'au bout et vérifier les avantages, les inconvénients, les opportunités et les menaces que ce dispositif engendrera.

Réjouissons-nous que certains Professeurs, Proviseurs, Inspecteurs, ... bravent la hiérarchie (et les donneurs de leçons) pour essayer d'autres choses et en mesurer les effets. Réjouissons-nous que certains soient prêts à leur en donner les moyens.

Le pire en tous cas sera de continuer à ne rien faire.
Partager cet article
Repost0

commentaires